Vous prévoyez de construire en 2017 ? Vérifiez les nouvelles exigences en matière de PEB !

Si vous avez des projets de construction ou de grande rénovation dans les cartons, vous devez satisfaire aux exigences PEB décrites dans la Réglementation sur la performance énergétique. En d'autres termes, votre habitation ou immeuble d'exploitation doit répondre à des valeurs énergétiques précises. Par exemple, le niveau E et le niveau K de votre projet de construction ou de rénovation, pour lequel un permis de bâtir ou un signalement est nécessaire, ne peuvent dépasser certains seuils.

Ces valeurs diffèrent pour la Flandre et la Wallonie. En Wallonie, le niveau E maximal autorisé a été renforcé à partir du 1er janvier 2017. En Flandre aussi, depuis le début de l'année, une modification de la réglementation PEB est entrée en vigueur, mais essentiellement pour les bâtiments non résidentiels.

Réglementation sur la performance énergétique – PEB

L'acronyme PEB désigne la Performance Énergétique des Bâtiments et le climat intérieur et porte sur la performance énergétique totale d'une habitation ou d'un bâtiment d'exploitation et sur la qualité du climat intérieur. Il existe de nombreux facteurs qui jouent un rôle : isolation, systèmes de chauffage, panneaux solaires, étanchéité à l'air, ventilation, etc.

Les exigences PEB fixent des valeurs énergétiques données auxquelles doivent satisfaire les bâtiments. La réglementation PEB est la conséquence d'une mesure européenne destinée à réduire la consommation d'énergie dans toute l'Europe. Le but est de diminuer les émissions de CO2 comme convenu dans le protocole de Kyoto.

Niveau E et niveau K

Le niveau E rend compte de la performance énergétique totale d’une maison et de ses installations permanentes. Plus le niveau E est bas, moins la maison consomme d'énergie. La valeur du niveau E est fonction de l’isolation thermique, de l’étanchéité à l’air, de la compacité, de l’orientation et de l’ensoleillement du bâtiment. Les installations permanentes pour le chauffage, le chauffage de l’eau, la ventilation, le refroidissement et l'éclairage influencent également le niveau E. Le pendant wallon du niveau E est le niveau EW.

Pour sa part, le niveau K mesure l'isolation thermique global de l'ensemble du bâtiment. En Wallonie, on recourt au niveau K pour déterminer l'isolation thermique.

On y parle également de consommation annuelle d'énergie primaire (ESPEC) dans le cadre de la réglementation PEB, tandis qu'il est question de besoins nets en énergie en Flandre.

La manière dont les valeurs PEB sont calculées en Flandre et en Wallonie diffère un peu, même si elles sont plus ou moins comparables.

Exigences PEB en Flandre et en Wallonie

À partir du 1er janvier 2017, les exigences PEB sont renforcées en Wallonie. Tout bâtiment dont le dossier de permis de bâtir est soumis après cette date doit à présent satisfaire aux exigences suivantes :

  • Performance énergétique totale : niveau EW ≤ EW65
  • Consommation annuelle d'énergie primaire : ESPEC ≤ 115 kWh/m²/an
  • Isolation thermique : niveau K ≤ K35

La valeur de la performance énergétique totale (EW) est de ce fait bien plus stricte par rapport à l'année, passant d'EW80 à EW65. La consommation annuelle d'énergie primaire (ESPEC) change elle aussi, évoluant de 130 kWh/m²/an à 115 kWh/m²/an. La valeur d'isolation thermique reste au même niveau, à savoir K35.

Les exigences PEB en Flandre restent inchangées par rapport à l'année passée :

  • Performance énergétique totale : Niveau E ≤ E50
  • Besoins nets en énergie ≤ 70 kWh/m²
  • Isolation thermique : Niveau K ≤ K40

Même après le renforcement du niveau E en Wallonie, celui de la Flandre reste plus strict. En revanche, la valeur de l'isolation thermique en Wallonie reste plus stricte qu'en Flandre.

En effet, la Flandre prévoit pour les nouvelles habitations une obligation supplémentaire d'atteindre au moins 15 kWh/m² d'énergie issue de sources renouvelables sur place (panneaux solaires, chauffe-eau solaire, pompe à chaleur, etc.), à moins que le niveau E calculé, sans l'utilisation d'énergies renouvelables, atteigne déjà un score 10 % plus élevé que l'exigence (max. E45).

Les exigences PEB pour les bâtiments non résidentiels (bureaux, écoles et autres affectations spécifiques (AAS)) ont été étendues à partir du 1er janvier 2017. Les bureaux et écoles ont été regroupés avec les AAS en une seule catégorie « bâtiments non résidentiels ». Le niveau E du bâtiment est déterminé par des exigences spécifiques par fonction présente dans le bâtiment.

Pour une vue d'ensemble des exigences PEB en Flandre, consultez le site suivant : http://www.energiesparen.be.

Pour une vue d'ensemble des exigences PEB en Wallonie, consultez le site suivant : http://energie.wallonie.be.

Les exigences PEB toujours plus strictes

Dans les années à venir, les exigences PEB seront soumises à un tour de vis. En d'autres termes, les nouveaux bâtiments devront être encore plus économes en énergie. La bonne nouvelle, c'est que les factures d'énergie aussi seront à la baisse. Investir dans des mesures d'économies d'énergie comme le verre HR++ est toujours avantageux sur le long terme. Le mieux est donc d'opter dès aujourd'hui pour une habitation parée pour l'avenir.

L'Union européenne a décrété qu'à partir de 2021, tous les bâtiments neufs devront être quasi neutres en énergie (QNE). À l'heure actuelle, une telle habitation QNE en Flandre possède un niveau E d'E30 ou moins et un niveau K de K40 ou moins. En Wallonie, le niveau QNE pour 2021 n'a pour le moment pas été défini.